Déjà des “ punks ” il y a 300 ans - R. Cuvelier 34

En 1985, les crêtes des Iroquois et nos cheveux multicolores semblent être le summum de l’excentricité. Pourtant, il y a 300 ans, la coiffure extravagante des lilloises défrayait déjà la chronique locale.

Partager sur :

Google+

A cette époque, l’ouvrier tisserand Chavatte écrit : “ On mettois des lisetons sur les testes des bestes et chiens pour se moquer des damoiselles afin de faire quitter leurs piaffetes (super luxe ostentatoire) ”. Déjà au XVe siecle, l’église hostile au luxe et à la mode féminine offrait des “ indulgences ” à qui honnirait les damesportant le Hennin. Un prédicateur de Saint Etienne conseillait même aux enfants de décoiffer à la sortie de Lille les porteuses de ces cornes du diable immenses très à la mode dans les Pays Bas bourguignons de Philippe le Bon (notre région et le Benelux).

Deux siècles plus tard, malgré ces réticences, la coiffure de Mlle de Fontange, favorite de Louis XIV, donne son nom à une sorte de bonnet garni de tuyaux de dentelle. Cette coiffure “ à la Fontange ” succédait à “ l’hurluberlu ” et à “ l’effrontée ” dont les noms évocateurs en disent long sur les extravagances de l’époque.

Les siècles se suivent et se ressemblent : cent ans plus tard, la mode rococo séduit les coquettes lilloises du Colysée. Savez-vous comment furent nommés ces chapeaux gigantesques et décorés : “ des pièges à hommes ”. Puis, la mode du XIXe siècle prit l’aspect de gigantesques jardins suspendus. Après tout, nos bonnets de Sainte Catherine n’ont-ils pas un arrière goût de ces extravagances d’antan ?

Texte : La voix du Nord - Dessin : R. Cuvelier



Lire aussi

Histoire d'en lire - 7/5 - 1Enfance et famille

Les projets 2020 de nos artistes en herbe hellemmois autour de l'oeuvre de Rascal...

Voir
Histoire d'en lire - 5/5 - 2Enfance et famille

Travail autour du livre" L'ours qui danse "de Rascal.Gaëlle Plan Lecture, Espace Educatif Herriot.

Voir
Histoire d'en lire - 6/5 - 1Enfance et famille

Hellemmes, même pas peur, des souvenirs pas si effrayants...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer