Brûle-Maison à Tourcoing - R. Cuvelier 49

Le chansonnier “ BrûleMaison ” exerçait sa satire surtout aux dépens des Tourquennois. 

Partager sur :

Google+

Les Lillois de la fin du XVIIe siècle reprochaient à ces derniers de brader le métier du textile, de faire une concurrence sauvage. A cette époque pour les sayetteurs lillois, Tourcoing c’était HongKong ! Mais la raison anecdotique de cette verve serait qu’un jour un Tourquennois laissa le chansonnier bouche bée en lui posant cette question : “ Te souffles t’soup, pour peu qu’ell’brûle. Et puis te souffles dins tes dogts. Quand y sont frods… Allons Frainços, espliq’nous cha’, t’aras d’quo boire einn’fos ”.

Les pasquinades de Brûle-Maison étaient proches de nos histoires belges, qui sont d’ailleurs les mêmes que servent les anglais aux Irlandais et les allemands aux Frisons… Voici la plus célèbre : “ Certain tourquennois s’en fut un jour à Lille pour y vendre des perches à houblon. Arrivé à une porte de l’enceinte de la ville, ses perches, placées au travers de la brouette, étaient plus longues que l’huis n’était large ; il n’eut pas l’idée de les mettre dans l’autre sens et revint péniblement chez lui avec sa charge et sa déconvenue ”. Les malices de BrûleMaison ne troublèrent pas longtemps la paisible humeur des Tourquennois. Il se leva parmi eux un poète qui prit le nom de “ Broutteux ” (1). Pendant 25 ans, il publia ses pasquilles et garlouzettes dans un journal répandu à la ronde et qui s’appelait “ La brouette ”. Les rieurs changèrent de camp et les Tourquennois vengés n’en aimèrent que davantage leur “ Broutteux et brouettes ”.

(1) Jules Watteeuw, 18491947

Texte : La voix du Nord - Dessin : R. Cuvelier



Lire aussi

Histoire d'en lire - 7/5 - 1Enfance et famille

Les projets 2020 de nos artistes en herbe hellemmois autour de l'oeuvre de Rascal...

Voir
Histoire d'en lire - 5/5 - 2Enfance et famille

Travail autour du livre" L'ours qui danse "de Rascal.Gaëlle Plan Lecture, Espace Educatif Herriot.

Voir
Histoire d'en lire - 6/5 - 1Enfance et famille

Hellemmes, même pas peur, des souvenirs pas si effrayants...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer